Semaine nationale d’occupations – Section Québec

Vie et mort d’un squat

Lecture de l'avis d'éviction

Lecture de l'avis d'éviction

Québec, 12 mai 2016 - Le squat du 485 Raoul-Jobin a été évincé ce matin vers 10h30 par le Service de police de la Ville de Québec à la demande du propriétaire des lieux. Après lecture de l'avis d'éviction par le propriétaire, les occupant-e-s ont quitté les lieux pacifiquement et les ouvriers de la construction ont barricadé l'édifice. On ne déplore ni violence, ni arrestation.

Les personnes qui ont participé à l’occupation ne voient pas l’éviction du squat comme une défaite. Au contraire, le maintien de l’occupation pendant 24h a montré que, même en 2016, des actions directes ambitieuses pour le droit au logement étaient encore possibles. De plus, l’expérience du squat et de la solidarité concrète des nombreuses personnes venues en soutien fut très enrichissante.

L’occupation du 485 Raoul-Jobin était coordonnée par le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste, le Comité logement d’aide aux locataires et le Comités des citoyennes et des citoyens du quartier Saint-Sauveur dans le cadre d’une semaine d’occupation de terrains et de batiments initiée par le FRAPRU.

Rien n’est terminé, la lutte pour le droit au logement continue!

Naissance d’un squat en Basse-Ville

Les groupes de Québec du FRAPRU ont commencé mercredi midi l’occupation prolongée d’un bâtiment abandonné depuis plusieurs années pour réclamer du logement social.

Début d'une occupation prolongée...

Début d'une occupation prolongée...

Le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste, le Comité logement d’aide aux locataires et le Comités des citoyennes et des citoyens du quartier Saint-Sauveur ont ouvert un squat dans le quartier Saint-Sauveur au terme d’une manifestation d’une centaine de personnes qui a marqué le quatrième jour de la semaine d’occupation de terrains et de bâtiments initiée par le Front d’action populaire en réaménagement urbaine (FRAPRU). Les squatteurs réclament que les gouvernements fédéral et québécois investissent davantage dans le logement social. Le squat est situé dans l’immeuble abandonné situé au 485 Raoul-Jobin et sur le terrain adjacent dans le quartier Saint-Sauveur. Pour l’instant, le Service de police semble tolérer l’occupation dont la durée est indéterminée.

Marie-Joëlle Lemay-Brault, porte-parole du Comité des citoyennes et des citoyens du quartier Saint-Sauveur a affirmé à l’ouverture du squat que « la présente occupation prouve notre détermination à tout mettre en œuvre afin que le droit au logement devienne une réalité pour l’ensemble des personnes et des familles de Québec». Elle a ajouté : « L’occupation d’aujourd’hui vise aussi à démontrer que ce ne sont pas les lieux qui manquent pour réaliser du logement social au centre-ville. Ces logements ne pourront cependant se réaliser que si les autorités en ont la volonté politique et si les gouvernements financent beaucoup plus de logements sociaux à l’échelle du Québec. »

Le squat du 485 Raoul-Jobin

Le squat du 485 Raoul-Jobin

Le FRAPRU rappelle que le dernier budget québécois a, pour une deuxième année consécutive, prévu de ne financer que 1500 nouveaux logements sociaux au Québec, ce qui est deux fois moins qu’avant 2015. Il précise que le gouvernement Couillard pourrait immédiatement dépasser cet objectif s’il acceptait d’utiliser à cette fin les sommes additionnelles qu’il recevra d’Ottawa. François Saillant, le coordonnateur du FRAPRU, explique : « Dans son propre budget, le gouvernement fédéral de Justin Trudeau a annoncé un accroissement sensible de ses investissements dans le logement abordable. En deux ans, le Québec recevra en moyenne trois fois plus d’argent pour ses programmes d’aide aux ménages mal-logés que ce n’était le cas jusqu’ici. Il faut absolument que cet argent aille au logement social qui est la seule façon s’assurer du logement réellement abordable et ce, sur une base permanente. »

Les groupes de Québec du FRAPRU estiment cependant qu’il faudra beaucoup plus pour s’attaquer à toute l’ampleur des problèmes de logement. Selon les chiffres mêmes de la Société canadienne d’hypothèques et de logement, pas moins de 270 000 ménages locataires ont des besoins impérieux de logement au Québec, dont 23 440 dans la région métropolitaine de Québec.

Le FRAPRU revendique que les deux paliers de gouvernement investissent des sommes suffisantes pour que 50 000 nouveaux logements sociaux puissent se réaliser en cinq ans au Québec. Pour ce faire, il exige notamment que l’actuel programme québécois de logement social, AccèsLogis, soit maintenu et que son budget soit augmenté.

Horaire du 12 mai

Venez nous visiter pour nous soutenir! Pour plus d’informations sur la semaine nationale d’occupations : www.occupationencours.net

Actions de visibilité dans les quartiers centraux

Action de visibilité lundi matin à Québec.

Action de visibilité lundi matin à Québec.

La deuxième journée de la semaine nationale d'occupations a commencé par une action de visibilité organisée par le comité luttes sociales du Comité populaire Saint-Jean-Baptiste. Des équipes volantes sont allées coller de grandes affiches artisanales sur les futurs sites de condos dans Saint-Jean-Baptiste, Montcalm et Saint-Roch pour passer le message que « des condos y'en a trop, on veut des logements sociaux!»

Marche exploratoire dans Saint-Sauveur

La journée s'est poursuivie en fin d’après-midi avec une marche exploratoire organisée par le Comité des citoyennes et citoyens du quartier Saint-Sauveur pour identifier les terrains vacants, bâtiments abandonnés ou terrains sous exploités qui pourraient servir pour développer du logement social dans ce quartier de la basse-ville.

Marie-Christine Gagnon, porte-parole du CCCQSS affirme que « la marche exploratoire d’aujourd’hui veut dénoncer les propriétaires qui laissent des terrains et des bâtiments à l’abandon de même que la spéculation qui frappe le quartier ». Selon les données du comité, les terrains visités aujourd’hui ont vu leur valeur foncière augmenter de 230 à 450% depuis 2010.

Marche exploratoire dans le quartier Saint-Sauveur.

Marche exploratoire dans le quartier Saint-Sauveur.

Mme Gagnon rappelle que le dernier budget québécois a, pour une deuxième année consécutive, prévu de ne financer que 1500 nouveaux logements sociaux au Québec, ce qui est deux fois moins qu’avant 2015. « La majorité des annonces de développement résidentiel dans le quartier sont des condos mais ça ne répond pas aux besoins, nous ce dont on aurait surtout besoin c’est de logements sociaux, les gouvernements doivent agir et réinvestir massivement » poursuit la porte-parole qui annonce que son comité participera, avec les autres groupes de Québec du FRAPRU, à une manifestation régionale qui sillonnera la Basse-Ville mercredi prochain.


Pendant ce temps à Longueuil… Les groupes membres du FRAPRU de la Montérégie occupent le terrain de l'école Notre-Dame, barricadée depuis plus de cinq ans, afin d'illustrer que les sites ne manquent pas pour y construire du logement social. Par ailleurs, l'occupation du site de la Canada Malting, dans le Sud-Ouest de Montréal, se poursuit.

Occupation à Longueil (Photos : FRAPRU)

Occupation à Longueil (Photos : FRAPRU)

Occupation de terrain pour faire du logement social à Sainte-Foy/Sillery

Première journée de la semaine nationale d'occupations et de terrains à Québec.

Première journée de la semaine nationale d'occupations et de terrains à Québec.

Une quinzaine de militant-e-s ont bravés la pluie dimanche après-midi pour lancer la semaine nationale d’occupation de terrains et de bâtiments du FRAPRU en occupant symboliquement les terrains militaires de la rue Fiedmont, à Sainte-Foy. Le Comité logement d’aide aux locataires (CLAL), le groupe du FRAPRU du secteur, revendique que l’on y développe du logement social plutôt qu’un manège militaire, des jumelés ou d’autres habitations trop chères.

«Il y a un sérieux rattrapage à faire dans cet arrondissement pour faire du logement social. Les terrains privés sont trop chers et ne cadrent pas avec l’enveloppe monétaire du programme AccèsLogis, donc, il n’y a que les terrains publics où l’on peut faire ce genre de développement», affirme Cheryl-Ann Dagenais, coordonnatrice du CLAL.

Selon elle, les terrains publics devraient être destinés à répondre aux besoins des 4 ménages locataires sur 10 qui paient un loyer trop élevé par rapport à leur revenu dans l’Arrondissement Sainte-Foy/Sillery. De fait, les chiffres provenant de l’Enquête nationale auprès des ménages menée en 2011 par Statistique Canada révèlent que 6220 ménages, représentant 41 % des locataires de Sainte-Foy et de Sillery, consacrent plus de la norme de 30 % de leur revenu pour se loger. Il s’agit d’une augmentation de 34 % des ménages dans cette situation par rapport à 2006.

« L’action d’aujourd’hui s’inscrit dans une semaine occupée pour le mouvement pour le droit au logement », indique Nicolas Lefebvre Legault, porte-parole régional des groupes membres du FRAPRU à Québec. Plusieurs autres actions sont au programme, dont une manifestation régionale mercredi, pour accroître la pression sur les gouvernements afin qu’ils financent un nombre beaucoup plus significatif de logements sociaux. Pour en savoir plus sur la semaine nationale d’occupations dans la région de Québec, on peut visiter le site web occupationencours.net


Pendant ce temps à Montréal… Une centaine de manifestant-e-s ont installé dimanche après-midi un camp au pied de la Canada Malting sur le bord du Canal Lachine à l'appel du Popir-Comité logement et du CACV, deux groupes membres du FRAPRU du sud-ouest de la métropole. Rappelons que le Popir avait réussi à bloquer un mega-projet de condos sur ce site en 2009.

Première journée de la semaine nationale d'occupations et de terrains à Montréal.

Première journée de la semaine nationale d'occupations et de terrains à Montréal. (Photos tirées de Twitter)